A.S.A.M. Guilvinec-Tréffiagat

A.S.A.M.

Il faut savoir que…
L’A.S.A.M. (Association Sportive Auto Moto) Guilvinec – Tréffiagat fut créée en septembre 2014, uniquement pour donner vie à la ”Course Moto des 2 Ports” du 28 juin 2015, tout en se réservant le droit d’organiser d’autres manifestations dans le but de financer la-dite course.
Cette compétition (inscrite au championnat de Bretagne de vitesse) proposait un circuit en aller-retour, au chrono, et avec un seul pilote en piste à la fois, depuis la place de la Petite Sole au Guilvinec, jusqu’au parking de la Pointe à Léchiagat (Tréffiagat).
C’était une grande première française : une course moto sur un port. Un impact médiatique et financier important pour les deux communes !
 

Ce projet auquel les mairies concernées adhérèrent rapidement, et surtout les commerces riverains des deux quais du port, reçu son homologation officielle début décembre 2014, après visite du circuit par la commission de vitesse de la Ligue Motocycliste Régionale de Bretagne.

Mais à moins de deux mois de l’épreuve, un élu guilviniste intervint auprès du sous-préfet de Brest pour remettre en cause cette épreuve. Le sous-préfet associa deux gendarmes à cette démarche pour le moins malhonnête, sachant que toutes les mesures étaient prises pour assurer la sécurité du public.
C’est d’abord un gendarme qui vint me rejoindre sur le circuit, le 11 mai, pour me demander de ne pas organiser cette épreuve, avec des arguments imparables : ”Ce sont tous des ivrognes ici, et ils ne pensent qu’à se battre ce qui peut poser problème avec les spectateurs. Sans parler de ceux qui risquent de jeter des bouteilles sur la piste !”.
Une semaine après (le 18), j’ai été invité à passer à la Brigade Motorisée à Quimper, où il m’a été demandé à nouveau de ne pas organiser cette course au Guilvinec (pour Tréffiagat c’était OK !), proposant même leurs services pour dénicher un autre circuit. Sûr de mon bon droit j’ai maintenu ma position, ce qui décida ces messieurs à déclencher une visite de contrôle trois jours après.
La visite de ”contrôle orienté” des deux gendarmes et d’un pompier de Quimper ressemblaient plus à une mascarade, avec des questions grand-guignolesques comme celle-ci : ”Et si une moto perd des pièces en roulant ?”, ou celle du pompier : ”A quel endroit les motos se croisent ?”. Ce brave pompier ignorait qu’en course de côte les motos ne partaient pas en même temps !
A la réunion de fin de visite, un gendarme avoua d’ailleurs ”Qu’ils n’auraient jamais du être là’‘, tout était dit.
C’est ainsi que deux semaines avant la course, le sous-préfet envoya un mail aux deux mairies pour dire qu’il n’autorisait pas cette épreuve.
Les arguments joints étant tous faux, la logique aurait voulu que les deux maires (ou leurs représentants en cas d’absence) téléphonent immédiatement au préfet à Quimper pour un rendez-vous d’urgence le lendemain matin. Mais la compétence et la motivation des élus laissaient à désirer, et la course fut annulée.
Deux mois après je fis remonter le dossier en haut lieu, et le sous-préfet fut muté (pour calmer les esprits ?), car ce monsieur, et ses complices gendarmes, ignoraient qu’ils n’avaient pas la compétence sportive nécessaire pour émettre un avis sur la faisabilité d’un circuit, surtout quand ce dernier est officiellement homologué. Hélas le mal était fait, et la perte financière importante.
En 2016, puisqu’il fallait éviter la commune du Guilvinec, 3 projets originaux (voir affiches ci-contre) furent proposés aux élus de Tréffiagat. Pour commencer, un rassemblement (et balade) de motards avec exposants et la présence d’un invité prestigieux, et un druide en prime ! Puis une course à pied avec obstacles (épreuve de masse très à la mode actuellement). Pour conclure le tout, une course de côte (avec arrivée à hauteur du château d’eau).
Bien accueillies le 19 décembre 2015, et lors de deux réunions suivantes… elles ne l’étaient bizarrement plus quatre mois plus tard, alors que la plupart des frais officiels inhérents à ces organisations étaient engagés.
Il faut dire que la commune avait changé de maire (démission), maître de son équipe et très complice avec les apporteurs d’idées nouvelles qui pou-vaient dynamiser et faire connaître la commune.
Là, il en était différemment, et je me suis retrouvé face à des restrictions injustifiées (changements de lieux pour ne pas avoir à bloquer des rues)), d’invention de concert imaginaire empêchant le prêt de matériel (c’était pas à la même date), d’interdiction de passage des concurrents de la ”Bigoudattack” en bordure de dune (autorisé un mois après aux concurrents d’une autre épreuve), reproches quant au choix d’une association caritative dont le responsable était ”de droite”, et tentative d’ingérence dans l’organisation des trois évènements.
Attitude et comportement étonnants lorsqu’on sait que la mairie mis son odomètre à ma disposition plusieurs fois pour effectuer tous les relevés topographiques nécessaires,  et me laissa monter les dossiers liés à ces évènements.
Alerté par des élus ”amis” sur ce qui se tramait, j’ai pris la peine d’enregistrer toutes nos discussions, qui sont autant de preuves d’une volonté de nuire.
D’ailleurs les autorisations municipales promises ne furent jamais délivrées dans les délais, ce qui régla tous les problèmes, et le 6 avril, notre comité décida de ne plus tenter d’organiser le moindre événement sur la commune de Tréffiagat, surtout que les pertes financières étaient lourdes (investissement affiliation FFM et inscription à un championnat de France).
Quand on sait que depuis la création de l’association, qu’il s’agisse du Guilvinec ou de Tréffiagat, aucune réponse n’a été donnée à nos demandes de subventions (fonctionnement), et que nous avons été oubliés des invitations aux forums des associations, il n’y avait aucun regret à avoir.
C’est donc grâce au responsable de l’hypermarché Leclerc de Pont-l’Abbé et au maire de cette commune, que ”La célébration celtique des motards” (avec l’ex-astronaute Patrick BAUDRY et le druide Den Ar C’Hoat) a pu se dérouler, mais à une autre date (voir la page ”organisations”).
Celle-ci ne se fit d’ailleurs pas sans douleurs : fausses infos d’annulation, suppression de panneaux indicateurs du lieu de la manifestation, refus de groupes musicaux de se produire sur un site ”E.Leclerc”, etc., mais elle se fit.
Il fut donc décidé d’organiser à nouveau cette manifestation en 2017 (voir affiche ci-contre), avec le MCB (Moto-Club Bigouden) qui voulait s’impliquer de façon intense dans l’organisation.
Pour donner plus d’ampleur à cette journée, et la transformer en grande fête populaire, je décidai de la regrouper avec une exposition du savoir faire des associations locales, avec possibilités de démonstrations de ces dernières. Pour couronner le tout, une personnalité vedette de la télévision fut invitée (tout comme l’avait été Patrick Baudry en 2016).
Mais là encore il y avait un maillon faible : le Moto-Club Bigouden.
Fin avril (à moins d’un mois et demi de l’évènement), le président du MCB m’informait (par un simple sms) que son club se désistait, peinant à réunir plus de dix membres… sur la soixantaine annoncée.
Quelques motards dissidents de ce club me proposèrent leurs services, mais l’organisation était bloquée puisque j’avais répondu favorablement à la demande du MCB de déclarer cette association responsable des balades auprès des services préfectoraux.
Sachant qu’un club digne de ce nom doit tout avoir bouclé trois mois avant une manifestation, il y a là de quoi se poser des questions, surtout que des documents de fin mai qui devaient être remis aux membres du MCB n’ont jamais été remis à leurs destinataires, et que la pré-affichette annonçant l’évènement n’a jamais été publiée sur le compte Facebook du MCB !
Cherchez l’erreur !
Affiches, brassards avec marquages spécifiques à la journée, banderoles et coupes étant commandés et livrés, assurance prise, il ne restait plus qu’à régler les dettes.
N’oublions pas les 28 exposants à qui il fallut annoncer la bonne nouvelle, surtout certains qui avaient investi financièrement pour l’évènement, et qui ne se privèrent pas de dire ce qu’ils pensaient du responsable du MCB.
Et que dire de notre invité du jour à qui il fallut annoncer qu’il pouvait rester à Paris ?
Six évènements prévus, mais cinq qui passent à la trappe : du jamais vu !
Arrivé dans le Pays Bigouden en 2002 avec une belle réputation (plus de 120 organisations comme responsable ou co-responsable (1)), et quelques récompenses officielles (ce qui est exceptionnel pour un organisateur) dues à la qualité de celles-ci, je commence à désespérer de trouver des interlocuteurs compétents et honnêtes.
Mais… on ne sait jamais, il faut y croire.
Gérard HUGARD
(Président)
(1) voir pages ”Biographie d’organisateur 1, 2, 3”
 
Opération “Pères Noël” du 20 décembre 2015
Cette action était initiée par le Moto-Club Bigouden, et consistait à apporter un maximum de jouets aux enfants hospitalisés à l’hôpital de Quimper.
Nous nous sommes associés (financièrement et humainement) pour moitié à cette action :
Opération Pères Noël 01

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *